Photos / Articles de presse

L'industrie au service de l'art...

hang
En dehors des productions en grande séries de certains instruments ou accessoires, on associe très volontiers la fabrication des instruments de musique au domaine artisanal. Facteur d'instruments est encore un métier pratiqué sans que cela ne surprenne l'opinion. Quoi de plus normal que de garder un lien fort avec l'artisanat me direz-vous ?

Et si, en réalité, les instruments de demain étaient liés à l'industrie d'aujourd'hui ?

Régulièrement de nouveaux instruments voient le jour. Un peu partout dans le monde, des esprits curieux et inventifs créent de nouvelles sonorités. Nous avons déjà vu un exemple avec le Cristal Baschet créé en 1952. Je vous propose aujourd'hui de découvrir le Hang. Avec sa forme étrangement familière, on pourrait d'interroger sur sa véritable origine... 

cliquez pour la suite...

Cet instrument a vu le jour en Suisse en 2000. Si sa forme suscite la curiosité, sa sonorité est surprenante. Avant de rentrer dans les détails techniques, je vous propose de découvrir quelques prestations :

 

 De façon générale, l'instrument comporte 7 ou 8 notes dont une fondamentale. La résonance est obtenue par la forme creuse, chaque bosse ou protubérance est le siège d'une note, mais ce qui donne le son c'est le traitement réalisé sur le métal employé.

A la base, il y a deux pièces de tôle emboutie. Après cette première mise en forme, le métal ne donne pas de son musical.

 

élément 1 élément 2

 C'est la nitruration (traitement dit thermochimique) qui va faire le plus indispensable ! Initialement destiné (entre autre) à durcir superficiellement les pièces de l'industrie, ce traitement modifie la réponse du métal aux vibrations grâce à un effet "sandwich". En chauffant le matériau (entre 350 et 600°C selon le process) sous atmosphère contrôlée (exempte d'oxygène, composée essentiellement d'azote et avec un zeste d'élément complémentaire comme par exemple le carbone), on parvient à enrichir la surface de la matière (on crée des nitrures de fer). Plus le temps de traitement est long et plus on augmente l'épaisseur de matière ainsi enrichie.

Une fois le traitement réalisé, les formes doivent être finalisées pour que les notes sonnent justes. Après l'assemblage des deux éléments, la longueur du col est ajustée pour accorder l'instrument.

 

Col Prototype

 

Il ne reste plus qu'à s'installer pour s'y essayer ! Le jeu est intuitif, mais comme tous les instruments de la très grande famille des percussions, il nécessite un certain coup de main. Au final, on conjugue le rythme et le son. Cet instrument ne laisse par indifférent et se répand partout dans le monde, on n'a pas fini de l'entendre.

I believe !